entete blast

Rien ne laissait présager l’originalité de Polza MANCINI, critique culinaire de 38 ans. Une vie rangée, ritualisée, conventionnelle lorsque sa vie dérape. Du jour au lendemain, il plaque sa femme, son travail, sa place dans la société et se clochardise.
Son parcours, nous allons le découvrir par la force des choses puisque, placé en garde-à-vue, il doit s’expliquer des violences aggravées qu’il a commises sur une jeune femme plongée dans le coma depuis sa rencontre avec lui. Il reconnaît les faits et doit expliquer son geste. Pour comprendre, Polza convainc les deux inspecteurs chargés de l’interrogatoire qu’ils vont devoir pénétrer son univers, il souhaite raconter son parcours. Il organise donc la donne de son interrogatoire et prend la parole…

Dix ans que Larcenet élabore ce récit formalisé en novembre 2009 par cette Grasse Carcasse qui s’est rendue depuis à Angoulême mais en est revenue bredouille. Cinq mois maintenant qu’on est face à une profusion d’éloges concernant cet album : sites spécialisés, blogs, critiques professionnels, journalistes… encensent ce travail. Nous voulions comprendre. Parmi nous, de fervents lecteurs de Larcenet et d’autres plus novices. Pour le reste, Blast semble être une concrétisation, une suite logique du travail proposé par Larcenet depuis ces dernières années. Un nouveau cap est passé… L’auteur affirme ici son style définitivement personnel, introspectif, psychologique et capable d’une technicité certaine tant à l’écrit qu’au dessin…

Au niveau graphique, certains ne cachent pas leur plaisir de lire un Larcenet qui en revient au Noir et Blanc de ses débuts. De manière unanime, on reconnaît la liberté qu »il a eue dans ce travail. Le trait est lâché, maîtrisé, précis, il colle parfaitement au scénario. Larcenet a su exploiter avec harmonie et justesse plusieurs techniques allant du simple crayonné à l’esquisse. Grand angle ou portrait, les plans se succèdent avec fluidité, guidant le lecteur dans les méandres de l’esprit torturé de Polza. Feutres, aquarelles, crayons gras, tout semble savamment exploité pour proposer le visuel adéquat. Les nuances de noir/blanc/gris sont appréciées. Le dessin tantôt détaillé, tantôt minimaliste, est capable de se suffire à lui-même. On a tous été bluffés par les représentations que Larcenet fait des volatiles. Ça et là fleurit le terme de « claque graphique ».
Pourtant, ce dessin est atypique. Les ambiances ont mis certains lecteurs mal à l’aise. Cet univers est noir, sombre, mélancolique et cette pente douce vers la folie crée une gêne. Même les scènes de Blast, seuls moments colorés de l’album, ne suffiront pas à convaincre, d’autant qu’elles se matérialisent par des dessins d’enfants naïfs qui contrastent réellement avec l’ensemble cru et réaliste du reste de l’album. Du scepticisme également sur l’utilisation des symboliques animales (essentiellement autour des volatiles) dont nous ne parvenons pas à percevoir le sens exact.

Quant au scénario, il est assez simple de faire le constat suivant : cet album fait écho en chacun de manière personnelle. L’atmosphère est suffisamment plausible pour que l’on s’intéresse réellement au fond du récit et ce qu’il suscite chez nous. Mais à quoi pourrait se raccrocher le lecteur ? Pour l’heure, à rien d’autre qu’à ses propres valeurs. D’où des commentaires nombreux, des chroniques très riches et des contenus variés.
On retrouve les thèmes de prédilection de Larcenet (la mort du père, la relation à l’Autre) et on constate une alternance fluide entre flash-back & réalité, univers réel & monde irréel. On sent Larcenet sûr de lui.
L’album nous apporte une bonne connaissance du personnage principal, homme anti-conforme dont l’apparence donne une idée fausse de sa personnalité. Il surprend. Attachant ou abject, touchant ou dangereux psychotique, l’adhésion à cet impalpable personnage ne supporte pas la demi-mesure… Tout est sujet à tergiversations : le scénario nous oblige à prendre parti pour la folie ou la raison, le choix des policiers (primo-interlocuteurs) ne convint pas tout le monde… On cherche un sens à cette lecture, parfois aveuglément. Le lecteur est cuisiné, certains n’aiment pas, d’où l’impression qu’ils ont eues d’être pris en otage par cette grosse pavasse de 220 pages.

Qu’on le veuille ou non, la suite intrigue puisque c’est désormais sur elle que se sont reportées toutes les attentes des lecteurs. Visiblement, on espère une opportunité de pouvoir crier au chef-d’œuvre, mais les éléments nous manquent… en nombre. De même, il semble manquer peu de choses à Polza pour se faire une place dans le florilège des incontournables figures du 9ème Art, mais aura-t-il le charisme pour l’assumer ? C’est le temps de la prudence, où Larcenet souhaite-t-il nous emmener ?

David, Lunch et Mo’ sont ceux qui ont eu le plus de plaisir à la lecture de cet album. Nico l’a apprécié avec plus de réserve. Idem pour Paul et Badelel, le scepticisme en plus. Vicklay et Yaneck sont indécis, la suite sera décisive et les aidera à trancher sur l’intérêt général de la série.

Parlerons-nous cette fois de politique éditoriale racoleuse ? Peut-être puisque Blast est l’un des albums qui a bénéficié de la plus grosse couverture médiatique en 2009. Alors on vous renvoie la question : que pensez-vous de toute l’agitation suscitée par cet album ?

avatar mo couleur transp

Publicités

"

  1. alamagie dit :

    waouhh quelle chronique !! Un résumé fort bien écris, vraiment, car il donne le condensé de la connaissance de ce qui se dis dans cette lecture et autour de cette lecture de Blast par Larcenet. Tout est donné pour avoir les infos utiles à la compréhension. Après pour répondre à la question sur l’agitation suscitée…les médias, c’est plus fort que tous !!! C’est une machine, pour faire écrire …. Et Blast, 1. Grasse Carcasse,, ça passe ou ça casse ^^ Quoi qu’il en soit, je ne l’ai pas encore lu … cette chronique me donne l’idée de me le procurer … avant cela, j’ai parcourus les liens et donc vos différents avis… j’hésite encore… mais je vais le re-feuilleter plus attentivement (merci k.bd !!) et si ma carcasse supporte, je le passe en achat par ma porte ;)

  2. ZorgBlog dit :

    Merci pour ton passage sur ce blog « Magie, Magie » ^^ Et bienvenue sur la blogosphère, puisque j’ai vu que tu venais de créer ton blog ;-) Tu es indécise, mais je te conseille de lire ce Blast qui mérite largement sa place dans toutes les bonnes bédéthèques. A ++

  3. Mo' la fée dit :

    et tu viendras nous dire ce que tu en as pensé M’sieur le magicien. en tout cas, rares sont les BD qui suscitent autant de réactions différentes !! Mon petit doigt me dit aussi que lors d’une prochaine escapade dans la ville rose, en voilà un qui sait déjà ce qu’il va sortir de ma bibliothèque ^^

  4. manu Larcenet dit :

    Salut à tous. je découvre tous les articles sur BLAST et… je suis très flatté! Merci, donc. J’aimerais, parfois, au détour d’une phrase, d’une interprétation ou d’une interrogation, apporter mon point de vue, mais ça demanderait d’y passer beaucoup de temps et de réflexion. Comme vous le faites dans vos chroniques! Sauf que moi, je ne saurai jamais rendre compte de mes lectures comme vous le faites. Bref, merci de l’intérêt que vous avez porté à ce livre. Manu Larcenet

    • k.bd dit :

      Bonjour l’Artiste ! Tout d’abord, nous voulions te remercier pour ton passage et surtout, merci d’ouvrir l’échange… on est preneur ! Tes réactions sur les blogs sont rares. On est flattés, d’autant que k.bd est un blog naissant !   On va donc te remercier encore une fois avant d’en arriver au cœur du problème, car problème il y a. Tu en as dit trop, ou pas assez ! Quels sont les propos que tu as pu lire chez nous et sur lesquels tu voulais réagir ? Accepterais-tu de nous apporter un éclairage sur les pistes de réflexion qu’on a lancées ? Nos doutes sur le rôle des deux inspecteurs de police te choquent-ils? par exemple. Et puis il y a peut-être d’autres points choses qui t’ont interpellé lors de la lecture, dis nous ^^ En se regroupant pour lire et présenter un album ensemble, on s’offre une belle opportunité de parler BD. Tu as donc là une belle brochette de lecteurs qui n’attendent qu’une occasion pour avoir un éclairage sur des interrogations que Polza a pu susciter… à tort ou à raison. En tous cas merci, au nom de toute l’équipe, pour le temps que tu nous as accordé. A bientôt.  L’équipe K.BD

  5. alamagie dit :

    no no no Mo’ la fée !! je me le procure avant … en k.do pour mon anniV ^^ bien que l’envie de l’escapade me tarde ! wow wow wow !!! Bien le bonjour monsieur Manu Larcenet ^^ (ma magie a bien fonctionné!) ;)

  6. […] importance, il se contente de faire ce qu’on lui demande. Livr0ns-n0us le compare même à Polza Manicini, le héros de Manu Larcenet. Un bonhomme bien loin de l’image véhiculée par les légendes. Comme d’habitude, faut […]

  7. […] noir que dans Dallas Cow-Boy, moins bosselé que dans Bill Baroud, moins massif et rugueux que dans Blast… Le trait et le découpage font mouche, à coups de six cases par histoire. Avec, en prime, […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s