entete servitude

Que tous les trolls de passage se réjouissent, l’aventure continue ! Loin d’être rassasié par les Légendes des Contrées Oubliées, par Alim le Tanneur et par le Donjon de Joann Sfar et Lewis Trondheim, le mois de l’Heroic Fantasy de K.BD vous invite maintenant chez l’éditeur qui s’est profilé comme LE spécialiste du genre au fil des années. Quoi ? Ce catalogue ultra-formaté qui inonda le monde du neuvième art dans les années 90 vous effraye ? N’ayez pas peur … suivez-moi … car vous verrez, au pays d’Arleston, il y a encore du très bon ! Là, regardez cette couverture assez rude, aux tons sépia, qui semble sortir du lot … Servitude … allez hop, on prend celui-là !

Passé le cap de la couverture, un chant traditionnel d’Anorœr et une carte du Royaume des Fils de la Terre nous installent déjà confortablement dans un univers médiéval fantastique intriguant. Un univers où Géants, Dragons, Sirènes, Anges et Fées ne sont plus que mythes et où les Fils de la Terre sont dorénavant maîtres du Royaume. C’est dans cet univers qu’apparaît le héros Kiriel, maître d’arme du Roi, galopant vers la capitale pour être marié à Lérine, fille du roi Garantiel d’Anorœr. Ce mariage entre une princesse et un homme aux intentions plus nobles que son sang n’est pas forcément bien perçu et beaucoup trouvent inacceptable que le roi puisse marier sa fille à un roturier. Le prince Vériel refuse d’ailleurs d’assister à la cérémonie. Ce mécontentement s’ajoute à la tension grandissante dans le pays depuis quelques temps. A l’est du Royaume des Fils de la Terre, une forme de rébellion s’organise et le soir de la noce une cohorte postée non loin du château se fait décimer par d’étranges guerriers masqués. Dés qu’il apprend la nouvelle, Garantiel d’Anorœr demande à Kiriel d’aller surveiller les agissements suspects sur le territoire des cousins.

Malgré une thématique et un univers tout à fait conventionnels, ce premier des cinq tomes prévus par les auteurs de Live War Heroes sort clairement des sentiers habituels de chez Soleil. Dans son approche de l’héroic fantasy, Servitude se rapproche pourtant grandement des codes utilisés dans Le Seigneur des Anneaux, qui reste la référence du genre pour de nombreuses personnes. Le scénario de Fabrice David (Zodiac Killer) est réellement bien construit, installant de façon compréhensible cet univers médiéval et ses personnages et développant en arrière-plan un mystère flirtant avec le fantastique, avec d’étranges personnages masqués aux intentions intrigantes et d’énigmatiques guerriers qui s’entraînent en plein désert. Si l’histoire médiévale de base se suffit à elle-même, tout au long des nombreuses pages de cet album copieux, l’auteur a cependant su distiller les codes de l’héroic fantasy avec intelligence et parcimonie. La fin de ce premier tome mouvementé, mêlant luttes de pouvoir et trahisons familiales, ne laisse cependant que peu de doutes concernant le rôle plus important que viendra jouer la fantasy par la suite.

Le graphisme d’Éric Bourgier se place au diapason de cette histoire sombre et distille une ambiance proche du noir et blanc qui sied à merveille à cet univers médiéval classique et accentue encore l’ambiance sombre et glauque de ces royaumes pervertis. Un trait fin, fouillé, expressif et vivant, sublimé par une colorisation aux tons sépias qui confère à chaque page un charme particulier et qui insuffle esthétisme et sobriété à un genre trop souvent fidèle aux techniques numériques et aux couleurs criardes. Un dessin d’une grande lisibilité, fourmillant de détails, qui s’appuie sur un réalisme frappant. Proposant des arrière-plans travaillés, tant sur les décors intérieurs que sur les paysages extérieurs, le dessinateur peaufine son monde moyenâgeux jusque dans les moindres détails.

Vous l’aurez déjà compris, le bilan des chroniqueurs de K.BD est donc plus que positif. Badelel a encore le souffle coupé par le graphisme, Lunch attend la suite avec grande impatience, Nico invite tout le monde à se jeter sur cette saga et même Paul, qui n’est pas vraiment fan du genre, semble conquis. Quant à moi, chers trolls, je vous invite à suivre cette série de près et avec grand intérêt.

avatar-yvan-couleur-transp

 

Publicités

"

  1. […] D’ailleurs Badelel, Yvan et Lunch sont formels et unanimes, il faut absolument lire leur série Servitude (moi en tous cas ils m’ont convaincu et dès que j’en aurai l’occasion je la lirai […]

  2. […] Dieu (Olivier Hug & Denis Medri), série en 3 tomes, 2004 à 2006, Les Humanoïdes Associés Servitude (Fabrice David & Eric Bourgier), série débutée en 2006, Soleil Siegfried (Alex Alice), […]

  3. […] également l’avis sur K-BD […]

  4. […] également l’avis sur K-BD […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s