entete Norman

« Je m’appelle Norman, j’ai 8 ans et ma passion c’est tuer les gens »

Ah, le charmant bambin que voilà ! Si le nom et l’âge de ce gamin scolarisé en primaire dans un charmant petit bled de province n’ont rien de vraiment surprenant, il n’en va pas de même pour son passe-temps favori. Dissimulant son visage angélique derrière un masque de hockeyeur et brandissant un couteau de boucher ensanglanté, le petit blondinet prend un à un ses camarades de classe pour cible. Faisant honneur au thème du mois de K.BD, cet apprenti tueur en série accumule les victimes au fil des pages.

Une enquête de Mo’ concernant les origines de ce surdoué du meurtre, nous ramène en 2007, sur le blog de Stan Silas, à une période où il sévissait encore sous le pseudo de Sansanx. La passion pour le meurtre du petit bonhomme n’est pas donc pas nouvelle et, après avoir fait ses classes sur la toile, le voilà fin prêt à ensanglanter les pages de cet album des éditions Makaka !

Faire d’un enfant de 8 ans un tueur en série, mais où va notre monde ? N’y avait-il donc pas un adulte de disponible pour remplir ce bon vieux rôle de psychopathe ? Est-ce bien raisonnable de souiller l’image d’un gosse à l’apparence sympathique pour remplir cette tâche ingrate ? Pourvu d’une conscience diabolique violette, égorgeant ses camarades de classe et enterrant leurs corps en bouillie dans le bac à sable de l’école primaire, Norman franchit pourtant le pas, bien décidé à rejoindre ses idoles Freddy Krugger, Jason Vorhees et Michael Myers.

Stan Silas n’a-t-il donc aucune pitié ? Peut-être pas, mais il a en tout cas l’intelligence de traiter les scènes de meurtre avec légèreté, offrant ainsi un album enthousiasmant, saupoudré d’un humour hilarant et gore. Truffant le scénario de références au genre horrifique, il propose un slasher version bac à sable, burlesque et parfois bien trash. Un album parodique, riche en hémoglobine et délicieusement déjanté, pourvu de dialogues percutants et drôles.

L’intrigue ne tarde d’ailleurs pas à se dévoiler puisque dès la quatrième planche, le premier meurtre est consommé. Le lecteur est vite happé par le rythme soutenu d’un récit maîtrisé d’un bout à l’autre. Si le suspens est brillamment agencé et que les scènes amusantes sont distillées avec brio, c’est surtout le décalage entre la forme et le fond qui constitue la véritable force de ce récit. Le contraste entre le scénario sanguinolent et le graphisme faussement naïf, presque enfantin, pourvu de personnages cartoonesques aux grosses têtes, fonctionne à merveille.

Alors que le genre est prédominé par une colorisation sombre, visant à immerger le lecteur un peu plus dans l’horreur, les couleurs de l’album sont volontairement vives et toniques. Excepté l’abus de rouge qui accompagne les méfaits de Norman, rien ne laisse présager du fond sordide de l’histoire. Les dessins très ludiques et le trait tout en rondeur donnent même l’impression de parcourir un album jeunesse, mais rien n’est moins vrai, car ce tome n’est pas à mettre entre toutes les mains (surtout si celles-ci sont armées d’une arme blanche). La violence est omniprésente, tantôt suggérée tantôt caricaturée comme dans les manga. Ce point commun avec le neuvième art asiatique n’est d’ailleurs pas le seul, comme en témoignent les similitudes dans le cadrage de certaines scènes d’action, les grands yeux ronds qui mangent la moitié des visages des enfants et les têtes proportionnellement aussi grandes que le corps. Le style manga aux mimiques exagérées renforce le caractère drôle et décalé de l’album et livre des personnages extrêmement expressifs. Et si les bouilles des enfants sont très réussies, les rares adultes qui apparaissent dans cet album ne sont pas en reste. La maîtresse d’école, tyrannique, alcoolique et dépressive est à ce titre un véritable régal. En plus d’avoir tout compris aux situations comiques de notre époque, l’auteur a donc développé une foule de personnages hauts en couleur et a parfaitement compris que le fait d’utiliser des enfants pour les rôles principaux renforçait encore un peu plus le côté caustique de la farce.

Mo’ a su apprécier l’originalité de cet album qui renouvelle le genre des serial-killers et ira jusqu’à la fin de ce périple, même si elle a quelque peu saturé en fin de premier volet.
Nico, en très grande forme, qualifie La vie de Norman de véritable tuerie et en fait, tout comme moi, son coup de cœur du mois de février.

Quant aux autres membres de l’équipe, même si certains tardent à donner signe de vie, rassurez-vous, ils n’ont pas encore eu l’occasion de faire la connaissance du petit Norman, mais nul doute qu’ils ne tarderont pas à l’adopter.

avatar-yvan-couleur-transp

 

Publicités

"

  1. Belzaran dit :

    Sans nier les qualités de cette BD, je n’accroche pas vraiment au style.

  2. Joelle dit :

    Je n’aurais pas pensé à Norman mais c’est une bonne idée originale ;) En plus, j’ai l’album dans ma PAL depuis que j’ai lu le billet de Mo’ qui m’avait vraiment bien tentée !

  3. Vero dit :

    A croire que le thème du mois de K.Bd m’inspire, j’ai pioché aujourd’hui en médiathèque « L’étrangleur de Boston » d’Elie Chouraqui et Serge Fino…!

  4. Lunch dit :

    On a fait quelques impasses, sélection oblige, mais il y a encore de beaux albums traitant des serial killers :)

  5. Sara dit :

    Je ne connaissais pas mais je sens que ça va me faire marrer ! Comme je le disais à Mo, c’est une BD qui va se retrouver prochainement dans ma PAL.

  6. Mo' dit :

    @ Sara : j’ai bien hâte de lire ton avis en tout cas ^^ Je sens que je vais me marrer ^^

  7. […] Baudoin), 2000, Editions Viviane Hamy La Semaine des 7 Noëls (Olivier Grojnowski), 1999, Casterman La Vie de Norman (Stan Silas), série débutée en 2011, […]

  8. […] peu à peu laissé de côté l’Histoire pour se porter, plus légèrement, vers la fiction. La vie de Norman (Stan Silas) tout d’abord, puis Monster (Naoki Urasawa), plus récemment. Le retour à la […]

  9. […] également l’avis sur K.BD […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s