entete petite souris

Léopold est maintenant revenu sur le rivage. Comme lui, nous gardons le doux souvenir de Garance dans nos mémoires, puis nous poursuivons notre voyage au gré de la bande dessinée jeunesse. Notre bateau a rejoint la rive et voilà qu’on aperçoit au loin une petite ferme. C’est le cadre que nous avons choisi pour vous parler de Petite souris, grosse Bêtise :

Suzie vit à la campagne avec ses parents. Au milieu des champs et des vaches, non loin de la mer. Seule, elle passe ses journées à jouer au ballon comme son idole : un certain numéro 10 de l’équipe de France de football. Sauf que le foot, quand on n’a pas de partenaire de jeu, c’est un peu ennuyeux. Alors elle fait des bêtises pour occuper le temps… comme tous les enfants de son âge.
À l’école, ses copines découvrent toutes tour à tour la joie de perdre des dents, et de retrouver le matin au réveil les traces du passage de la petite souris. Suzie, elle, ne perd pas ses dents de lait. Ça la rend triste. Mais elle connaît la petite souris !

Petite souris, grosse bêtise est le fruit de la collaboration de deux auteurs bien connus dans le monde de la bande dessinée.
Loïc Dauvillier, le scénariste, a souvent jonglé entre les drames sociaux (Inès, Nous n’irons plus ensemble au canal Saint-Martin, Ce qu’il en reste, Les équilibres instables) et les albums jeunesse (La petite famille, Dino et Pablo, Va te brosser les dents !). C’est en revanche une première pour Alain Kokor – de son vrai nom Alain Koch – qui n’a jamais développé ce type d’univers dans ses récits. Un auteur qui écrit souvent ses livres seul par ailleurs (Balade Balade, Les voyages du Docteur Gulliver, Kady), mais qui s’est laissé séduire par le scénario de Loïc Dauvillier.
Il est dit que la petite souris elle-même aurait également inspiré les auteurs lors de l’écriture du récit.

Vous l’aurez compris, Petite souris, grosse bêtise n’est pas seulement un album jeunesse : c’est une bande dessinée destinée aux plus jeunes, mais que les adultes prendront tout autant de plaisir à lire. Car Loïc Dauvillier – et peut-être aussi la petite souris – sait où il va, il dresse le portrait d’une petite fille rieuse et un peu espiègle, qui se met parfois dans ses situations compliquées, qu’elle veut gérer de sa hauteur d’enfant. Un fil conducteur qui peut parfois surprendre ou même effrayer. La petite Suzie a aussi donné quelques sueurs froides à Badelel. Et il y a une certaine morale dans son histoire.

Côté graphique, on reconnait rapidement la patte d’Alain Kokor, qui reprend ses tons habituels, avec des dessins doux et innocents et des visages expressifs. Il nous dresse un tableau coloré, teint de bleu ciel et de rouille. On y lit la sérénité des lieux dans les ambiances, ou au contraire l’inquiétude de la petite fille à d’autres moments. Une inquiétude que j’ai plutôt assimilé à de l’hyper-activité, voire à du mal-être. Badelel apprécie en tout cas cette approche douce et pleine de charme, loin des traits grossiers et des couleurs Photoshop qu’on trouve trop souvent dans la BD jeunesse grand public.
Le juste descriptif visuel pour qu’un enfant s’en saisisse, dixit Mo’.

Il est temps de quitter Suzie et de la laisser tranquille avec ses parents. Nous avons tous passé un bon moment en sa compagnie.
Badelel a bien eu quelques frayeurs, mais a apprécié la qualité du séjour.
Mo’ est totalement ravie, de même que son Lutin qui a adoré la contribution de la petite souris.
Quant à votre humble serviteur, il se dit que cet univers là n’est peut-être pas si loin de celui des adultes, finalement.

avatar lunch couleur transp

Publicités

"

  1. Merci pour votre chronique. Elle me fait grand plaisir et je ne doute pas qu’il en sera de même pour Kokor et l’éditeur. Pour information, l’équipe prépare un autre ouvrage. Il sera question d’une petite fille, amitié avec un éléphant. Il ne s’agit pas d’une suite de Petite Souris, Grosse Bêtise. C’est un autre livre, une autre histoire… toujours pour la jeunesse. Mais avant cela, Alain et moi-même devons terminer les ouvrages en cours de réalisation. L’ami Kokor nous prépare un petit bijou… une histoire tendre et humaine comme il sait si bien les faire. De mon coté, je mets la dernière touche à L’enfant Cachée. Une bande dessinée jeunesse à paraître en janvier 2012…

  2. Lunch dit :

    Je vois que tu es toujours aussi curieux de ce qui se dit sur la toile vis à vis de tes œuvres. Merci de nous avoir laissé une trace de ton passage, et d’autant plus de nous avoir donné des nouvelles de vos prochaines parutions à tous les deux. Nul doute que cela fera beaucoup plaisir aux membres de notre équipe de vous lire, séparément sur vos projets, ou ensemble sur l’histoire de la petite fille et l’éléphant. Nous portons tous je crois un réel engouement pour vos réalisations respectives ou communes. J’ai pour ma part toujours le souvenir d’un repas animé sur Lacanau avec l’ami Jean-Luc Sala et toi. Après une rencontre très intéressante sur vos deux visions de la bande dessinée, animée par David Fournol. Tu avais même dessiné un Titeuf à un enfant, en lui expliquant comment faire.

  3. Mo' dit :

    Clairement oui ! J’attends ces sorties avec impatience ! Et qui sait, une nouvelle occasion de te voir de nouveau, Loïc, sur le Festival BD de Colomiers ?? ^^

  4. loïc dit :

    pour Colomiers, je n’ai pas reçu d’invitation pour cette année… Désolé :) (c’est chouette l’année dernière) J’ai un excellent souvenir de la discussion avec jean-luc… toujours un plaisir…. et oui, je suis curieux de ce que pense les lecteurs de mes travaux. :) A très bientôt.

  5. Mo' dit :

    Oh que oui c’était bien Colomiers ^^ Diable que tu es bavard ! :) Seul bémol : j’étais tellement dans ma bulle que j’en ai oublié un de mes lutins sur le stand d’Alain :)) Mais j’ai fait une très belle récolte ce jour là (http://chezmo.wordpress.com/2010/11/23/novembre-2010-festival-bd-de-colomiers/). Où en es-tu du travail d’adaptation dont tu m’avais parlé ?

  6. Loïc dit :

    L’attentat devrait sortir en mars 2012. Le livre est beaucoup plus épais que ce que nous avions prévu. 150 pages avec une narration en 4 strips… Un beau pavé. Pour le Don Quichotte, les éditeurs ne sont pas intéressés. Pour le projet avec O.A., je travaille dessus… c’est long ! :)

  7. […] 2010, Soleil Petit Poilu (Céline Fraipont & Pierre Bailly), série débutée en 2007, Dupuis Petite souris, grosse bêtise (Loïc Dauvillier & Alain Kokor), 2009, Editions La Gouttière Pico Bogue (Dominique Roques […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s