entete retour

A défaut de striptease du nouvel an, K-BD vous propose un mois de janvier placé sous le signe de l’humour en bande, comme vous avez déjà pu le constater avec Shä & Salomé, précédemment chroniqué.
Il y avait un chat, il y avait un couple, il y avait de la poésie…
Allons bon : tous les auteurs se seraient-ils donné le mot et prêté les mêmes ingrédients ?
Oui et non.

Il y a bien un chat dans Le retour à la terre : Speed, chat en pleine dépression post-déménagement. Il faut dire qu’un chat des villes ne peut pas devenir un chat des champs en un clin d’œil. Son maître non plus d’ailleurs…
Il y a bien un couple également : Manu (Larssinet… Larssinet… bon sang, ce nom me dit quelque chose…) et Mariette. Lui porte une casquette (toute ressemblance…), elle un petit nœud. Ils ont laissé Juvisy derrière eux pour les Ravenelles, moins connues, mais plus aérées (surtout en hiver).
Et il y a bel et bien de la poésie. Presque à chaque page, comme le soulignent Mr Zombi et David.

En effet, Jean-Yves FERRI, auteur spécialiste du monde rural (relisez tout Aimé Lacapelle si vous en doutez !), joue de la confrontation entre citadins fraîchement débarqués et gens du cru (« Karoutcho ! ») pour nous faire sourire sans jamais se moquer ouvertement. En jouant du décalage, mais toujours sans excès, il sait nous faire sourire et toucher l’humour et l’humain en nous (merci à David pour la formule).
Et des personnages profondément humains, Le retour à la terre en regorge, côté ville comme côté campagne. Une galerie de personnages saluée par tous (et ni Lunch ni Yvan ne me contrediront je pense !) pour sa variété, sa truculence, et son côté « voisin d’à côté ».
C’est sans doute en cela, comme le souligne Badelel, pour qui Le retour à la terre est « sa » référence, que cette bande dessinée est universelle : tout le monde l’aime, car tout le monde peut s’y retrouver.

Graphiquement, Manu LARCENET (mais bon sang, n’ai-je pas déjà lu ce nom quelques lignes plus haut ?) contribue à cette universalité, par une synthèse, une simplicité du trait qui semble n’avoir gardé que le plus explicite et le plus expressif de toutes ses œuvres : moins noir que dans Dallas Cow-Boy, moins bosselé que dans Bill Baroud, moins massif et rugueux que dans Blast… Le trait et le découpage font mouche, à coups de six cases par histoire. Avec, en prime, et Mr Zombi l’a apprécié, une histoire au long cours qui court de demi-page en demi-page et qui, finalement, s’étale aujourd’hui sur cinq albums.

Cinq fois plus de plaisir de lecture en perspective !
Plaisir. Le mot est lâché. Lire Le retour à la terre est une véritable source de plaisir, par sa fraîcheur, son humanité, son humour tout en douceur et en finesse. Et parce qu’on sent, à chaque case, dans chaque histoire, que le duo d’auteurs s’est fait plaisir – il n’y a qu’à lire leurs autres collaborations, comme Le sens de la vis ou Correspondances, pour en avoir confirmation.
La complicité qui unit les deux auteurs – et qui n’est pas sans rapport avec le caractère « quasi-autobiographique » relevé par David – naît, au fil des pages, entre lecteurs et personnages, et ne disparaît jamais.

« Gags hilarants », « à mourir de rire », « tendre », « réjouissant », « décalé », « émouvant »… Les qualificatifs ne manquent pas, à travers nos chroniques, pour souligner les innombrables qualités de cette série.

Si vous faites partie des chanceux qui ne l’ont encore jamais lue, courez-y vite, car, c’est bien connu, le bonheur est dans le pré.
Et dans la bande dessinée.

avatar champi couleur transp

Publicités

"

  1. Fan de BD dit :

    moi j’ai adoré cette série! tellement vrai dans les anecdotes! les petits citadins qui découvrent les joies de la vie a la campagne avec ses avantages et ses inconvénients.

  2. Lunch dit :

    Nous aussi on s’y est vraiment retrouvé. L’arrivée à la campagne, le dépaysement, le chat, les cartons, le bébé… ^^

  3. Mango dit :

    J’ai adoré le premier tome et oui, j’ai de la chance puisqu’il me reste tous les autres à lire! :)

  4. Mango dit :

    J’ai adoré le premier tome et oui, j’ai de la chance puisqu’il me reste tous les autres à lire! :)

  5. OliV dit :

    itou, je fais parti des chanceux ! (et là, je me met à courir partout ^^) Merci Champi :)

  6. Belzaran dit :

    J’avoue que mon plaisir pour cette série a un peu décliné au fil des tomes.

  7. Joelle dit :

    J’avais moi aussi adoré cette série (avec un petit bémol pour le tome 5 quand même !). J’y ai retrouvé toutes les qualités que vous citez :)

  8. Sara dit :

    Je n’ai pas accroché avec cette série, mais alors pas du tout…

  9. Lunch dit :

    Il en faut pour tous les goûts. Qu’est-ce qui t’a déplu sur cet album ? La forme (strips) ? Le dessin ? Le contenu ?

  10. […] Dormal), série débutée en 2008, Dargaud Raghnarok (Boulet), série débutée en 2001, Glénat Retour à la terre, Le (Jean-Yves Ferri / Manu Larcenet), série débutée en 2002, Dargaud Sans Emploi T1 (Jibé), 2010, […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s