Brigade chimérique (la)

« Car ceci est le secret de l’âme : quand le héros a abandonné l’âme, c’est alors seulement que s’approche d’elle en rêve le super-héros. »
Rares sont les BD s’ouvrant sur une longue citation de NIETZSCHE.
Plus rares encore sont celles qui remettent au goût du jour un genre littéraire oublié, et trament brillamment un scénario mêlant aventure et Histoire avec un tel talent que les deux finissent par fusionner.
La Brigade Chimérique est de celles-là.

A l’aube de la Seconde Guerre Mondiale, les forces du Vieux Continent se toisent et se jaugent. L’étrange géopolitique tissée par Serge LEHMAN et Fabrice COLIN nous présente une Russie tenue par les hommes-machines de Nous Autres, une Allemagne aux mains de l’hypnotique Docteur Mabuse, une Italie à la botte (ah ah) du sinistre et richissime Gog, un Espagne broyée par la colossale Phalange, un Royaume-Uni retranché derrière le vif Andrew Gibberne et une France couvée par l’énigmatique et médiatique Léo Saint-Clair.

Dès les premières minutes de cette réunion surhumaine au sommet, le ton est donné : Mabuse ne cache pas ses ambitions hégémoniques et génocidaires, Gog et la Phalange à ses côtés. En face, l’alliance franco-britannique, malgré un soutien russe de poids, semble bien fragile.
Peut-être serait-il temps de faire entrer sur cet échiquier européen instable une variable aussi efficace que chaotique : la Brigade Chimérique.
Apparu durant la Grande Guerre aux côtés de Marie Curie (la Reine du Radium, comme certains romanciers la surnommèrent), ce groupe efficace (la liste de leurs exploits a alimenté des dizaines de romans) et hétéroclite (l’inquiétant Docteur Sérum, la somptueuse Matricia, le sauvage Baron Brun, le majestueux Soldat Inconnu, mais il faudra attendre les tomes suivants pour les rencontrer) pourrait bien faire pencher la balance du côté de la paix.
Mais cela fait des années qu’il n’a plus donné signe de vie et, depuis que Marie Curie n’est plus, sa fille Irène Joliot-Curie, qui a repris les rênes de l’Institut du Radium, ne sait comment la contacter.

Pour l’heure, tandis que l’Europe tremble sous le pas cadencé et les bottes cloutées des armées de Crânes de Mabuse, la France n’est pas en reste, entre un Passe-Muraille baladeur, un homme à géométrie variable, et un homme-cafard débarquant comme un cheveu sur la soupe en pleine assemblée politique.

Vous commencez à vous sentir perdus ? Jetez un œil sur les gros titres que les journaux affichent, croisez André Breton et George Spad, et vous aurez un premier véritable aperçu de la densité du récit qui vous attend.

« Cette série est truffée de références », déclarent Mo’ et Yvan. A raison : politique, arts, philosophie, et surtout merveilleux scientifique ont la part belle dans La Brigade Chimérique. David F cite à juste titre La Ligue des Gentlemen Extraordinaires comme titre voisin, et l’on peut reconnaître aux scénaristes la qualité d’avoir fait au moins aussi bien que le grand Alan MOORE, ce qui n’est pas rien.

L’intrigue et l’univers sont denses, et il faut bien admettre que la lecture du tome 1 seul pourrait être décourageante, tant elle semble n’offrir qu’une lente mise en place.
Qu’à cela ne tienne, La Brigade Chimérique se consomme en intégrale et d’une traite, pour prendre de plein fouet cette révélation : « on ne vous avait jamais raconté le début du XXe siècle comme ça. » (David F).

Mo’ reproche à la série son manque de personnages attachants, et se reproche son manque de culture comics.
Si le premier point est sans doute à rattacher au fait qu’elle n’a pas lu les six tomes, le second est plus discutable : Fabrice COLIN, et surtout Serge LEHMAN, romancier et grand spécialiste de science-fiction, sont surtout allés puiser leurs sources dans la littérature européenne, réhabilitant ainsi bon nombre de héros et de super-héros que nous sommes les premiers à avoir oubliés, comme si le genre, en France, était mort avec Jules VERNE.
« Pour J.-H. ROSNY, H.G. WELLS, Jean de LA HIRE, Evgueni ZAMIATINE, Fritz LANG, Giovanni PAPINI, Jean RAY, Régis MESSAC et tous les anciens de l’Hypermonde. »
La dédicace n’est pas exhaustive mais entrouvre le voile sur ces univers littéraires et cinématographiques qui ont été éclipsés par l’hégémonie outre-atlantique lentement mise en place à partir des années 30 et trouvant son point d’orgue, en BD tout au moins, en 1938 avec l’avènement de Superman.

1938 ? Quelle coïncidence…
Le calendrier de l’Histoire serait-il en résonance avec celui de l’histoire de nos héros favoris et de la littérature ?
Les auteurs savent en tout cas utiliser ces éléments-là pour densifier encore leur récit et nous livrer dans le tome 6 des clefs particulièrement intéressantes.
Sans parler de la manière dont ils dénouent fils et intrigues plus historiques, avec un « pessimisme (qui) plane constamment », comme le souligne David F. Le poids de l’air du temps.

Graphiquement, GESS, découvert il y a déjà quelques années avec Carmen Mc Callum, a adopté un style plus épuré, plus dynamique, qu’Yvan n’hésite pas à rapprocher de celui de Mike MIGNOLA. Excusez du peu.
Mo’ y a été sensible, moins en revanche à la mise en couleur de Céline BESSONNEAU, un peu trop froide et numérique à son goût. Toutefois, lorsque le récit bascule dans l’Hypermonde, les couleurs savent se faire plus vaporeuses, éthérées, mais la juxtaposition des styles peut en effet déranger.
Malgré des pages de petite dimension (format comics oblige !), le dessinateur ne s’interdit aucun découpage, alternant des pleines pages avec des compositions beaucoup plus denses.
Il n’hésite pas, par ailleurs, à intégrer dans ses dessins des fac-similés d’affiches, de journaux, de couvertures de romans, donnant encore plus de crédibilité au récit : et si tout cela était vrai ?

J’avais pour ma part surtout été déçu par la faible pagination (48 pages petit format par fascicule, pour 11 euros…) et le rythme un peu lent au début, mais l’ensemble est d’une richesse, d’une intelligence et d’une densité telles que tout est pardonné.

Car oui, La Brigade Chimérique est une bande dessinée extrêmement intelligente, à la fois par l’ensemble des références qu’elle brasse, mais aussi par la subtilité avec laquelle elle les utilise et les restitue : les grandes idéologies comme les extravagances artistiques composent les pièces d’un complexe puzzle qui donne à voir autrement cette Vieille Europe agonisante et décadente, et nous éclaire sur la fin de nos super-héros à nous.

Du grand art, donc, qui s’est décliné à la fois sous forme de blog et surtout sous celle d’un jeu de rôle particulièrement soigné à mettre entre toutes les mains, et pas uniquement de celles des arpenteurs de mondes ludiques.

En prime, pour celles et ceux qui souhaiteraient découvrir plus avant les univers du merveilleux scientifique (genre littéraire européen précurseur de la science-fiction, caractéristique du début du XXe siècle), je ne peux que vous conseiller d’aller vous balader Sur l’autre face du monde. Votre voyage ne fait que commencer.
Vous pouvez également prolonger votre plaisir en vous plongeant dans L’Homme truqué, des mêmes auteurs, qui nous ramène en 1918. Serge LEHMAN a aussi mis en scène Masqué, avec Gaëtan GEORGES, uchronie ultraréférencée sur laquelle plane l’ombre d’un élégant vengeur masqué.

Ils l’ont dit :

Mo’ : « N’étant pas de nature à m’ébahir devant des super-héros aux super-pouvoirs super-épatants, je dois bien avouer que j’ai lu les 3 premiers tomes de La Brigade Chimérique d’une traite. »

David F : « De grandes révélations sont à venir, dans le plus pur esprit pulp qui anime les feuilletons populaires. »

Yvan : « Ajoutez à cela une qualité d’édition remarquable et vous obtenez une série qui a tout pour séduire ! »

Champi: « Du grand art. »

avatar champi couleur transp

Publicités

"

  1. […] également l’avis à plusieurs mains de K.BD […]

  2. […] semaine dernière, Champi prenait le relais en présentant La Brigade chimérique, excellente série de Serge Lehman, Fabrice Colin & Gess […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s