MediaEntity

2008, Éric Magoni, le meilleur trader de Paris, perd 5 milliards sur une position qu’il n’a pas prise. Pris en chasse par sa banque et par la police, foutu à la porte par sa femme, il se retrouve face à un étrange clodo entouré de pigeons qui n’a apparemment pas l’intention de le lâcher. Une course poursuite s’engage, dans laquelle tout le monde poursuit Magoni et Magoni fuit tout le monde.
A mi-chemin entre l’affaire Kerviel et l’anticipation, MediaEntity nous plonge en plein dans un coup monté monstrueux à base d’usurpation d’identité, dans une société phagocytée par un réseau social tentaculaire qui mène le monde par le bout du nez.

Originellement sortie en ligne sous forme de Turbo média (lecture en case par case dynamique) MediaEntity se voulait alors « transmédia », proposant des vidéos, des jeux de pistes IRL (in real life en toutes lettres… dans la vraie vie quoi) permettant de débusquer des clefs USB scellées dans les murs, etc. Sa publication chez Delcourt avec une option en réalité augmentée aura ajouté un ou deux médias de plus.

Un peu de réalité augmentée
Très « main stream », la principale originalité de cette BD dans sa version papier porte sur la réalité augmentée proposée au fil des pages bonus, en deuxième et troisième de couverture, sur les pages de garde. Vidéos et révélations permettent au lecteur d’entrevoir une affaire bien plus complexe qu’il n’y paraît dans la bande dessinée. Une réalité augmentée très bien faite donc, mais qui pourtant déçoit Legof pour qui ce contenu aurait sans doute gagné à être mieux intégré au scénario, jugeant qu’il tombe un peu « comme un cheveu sur la soupe ». Un contenu qui au contraire m’a permis d’aller plus loin dans une histoire un peu trop convenue. Gadget dans l’air du temps pour Legof, bonus parfaitement intégré pour Lunch, voire même central… Si nous sommes tous d’accord sur la qualité technique de la chose, nous le sommes moins sur la pertinence. Pourtant, pour une fois, Legof apprécie qu’un carnet de bonus apporte réellement quelque chose au lecteur !

Mais ce n’est pas le seul sujet de débat entre nous, loin de là !

Un scénario qui divise
Déçus par le manque d’épaisseur du contenu, Legof et moi-même serions passés sans problème à côté de cette lecture somme toute distrayante. Mais là où Legof, Zaelle et Lunch se laissent emporter par le rythme effréné de l’histoire, je me suis un peu ennuyée sur des rebondissements convenus. Lunch modère toutefois l’enthousiasme provoqué par la version numérique face à une adaptation papier : « on est moins dans l’instantané, dans l’immersion ». Et sur ce point, je le rejoins : « Le format numérique a permis aux auteurs de développer le mouvement dans leur BD. Le stress du personnage n’en est que mieux rendu. Inutile de préciser que de ce côté-là, la version papier fait un sacré flop ». J’ai d’ailleurs été marquée, dans le Turbo média, par le soin apporté aux enchaînements des cases, et si j’ai reproché un manque d’énergie dans la BD, c’est sans doute par comparaison avec son prédécesseur online.
Dans tous les cas, Zaelle a été charmée par un univers très fourni qui efface les frontières entre réel et fictif.

Axée sur une critique des abus que nous connaissons aujourd’hui à travers des réseaux sociaux toujours plus intrusifs, MediaEntity dénonce une dérive qui nous rend de plus en plus repérables, de plus en plus surveillés et de plus en plus déresponsabilisés face à notre propre identité et notre vie personnelle et professionnelle. Le compte Facebook entretenu par les auteurs pointe régulièrement ces nouvelles dérives, dissimulées derrière l’actualité et les « progrès » technologiques.

Un dessin inspiré par Christophe Blain
« Que ce soit dans le scénario ou graphiquement, Éric fuit à toute allure » nous dit Zaelle. Et en effet, en accord avec un scénario axé sur la fuite, le trait d’Émilie Tarascou reprend l’esprit du dessin de Blain. Personnages tout en longueur, forte dynamique et grandes enjambées, on retrouve ici un peu du charme du très célèbre Quai d’Orsay. Ne vous attendez pas pour autant à un chef d’œuvre : le dessin manque de maturité pour Lunch et m’a paru, pour ma part, inachevé. Côté couleur, ce n’est guère grandiose non plus. « plates et un peu tristes » pour Legof, j’ai quant à moi trouvé que l’altération naturelle de l’impression sur les couleurs avait bonifié leur qualité, franchement médiocre à l’écran.

Une série peu commune
Quoi qu’il en soit MediaEntity apporte des choses. D’abord un rythme de publication soutenu. Après ce premier tome sorti cet été, les auteurs annoncent la parution du deuxième pour pas plus tard que mercredi prochain (note à ceux qui ont apprécié cette lecture). La suite est annoncée pour juin puis octobre. Quatre tomes en à peine un an : avouons que c’est inhabituel ! En parallèle, la série web n’a pas avancé d’un pouce, mais on me souffle à l’oreille que ça reviendra.

Et puis, vous pouvez retrouver MediaEntity partout (puisque c’est une BD « transmédia ») : le premier tome en ligne (mais vous aviez fini par le comprendre j’espère) ainsi que le début du tome 2 depuis quelques jours, des vidéos sur Youtube, un jeu de rôle… et surtout une page Facebook qui vous guide vers tout un tas de ressources proposées par les auteurs.

On l’a dit
Legof : « On ne peut pas dire qu’il se passe grand chose dans cet opus. Si peu qu’il n’arrive pas à mettre l’eau à la bouche. »
Lunch : « C’est un nouveau genre de bande dessinée, une façon différente de lire et de se divertir. »
Zaelle : « Cette bande dessinée porte un regard alarmiste sur ces possibles conséquences, et transforme cette idée en un thriller haletant. »
Et moi : « Malheureusement, ce qui s’autoproclame comme étant une « série transmédia » a mis de côté son format originel après la signature avec Delcourt. »

Badelel

Publicités

Une réponse "

  1. […] Hermann), Fleurus/Dupuis, 1979 – Live war heroes (Fabrice David/Éric Bourgier), Soleil, 2003 – MediaEntity (Simon Kansara/Émilie Tarascou), Delcourt, 2013 – Petit monde, Le (Jean-David Morvan/Toru Terada), […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s