100bullets

♦ Harvey Award de la meilleure série régulière en 2002, du meilleur scénariste pour Brian Azzarello en 2002 et du meilleur dessinateur pour Eduardo Risso en 2002 et 2003 ♦
♦ Eisner Award de la meilleure histoire pour Hang Up on the Hang Low (#15-18) en 2001, de la meilleure série régulière en 2002 et 2004, du meilleur dessinateur en 2002 ♦

Zaelle : « Une très, très bonne série de comics […] »
Champi : « Une œuvre magistrale, particulièrement dense et, en un sens, très retorse […] »
Yvan : « Un très bon polar à l’histoire très dynamique et aux dialogues excellents. »
Livr0ns-n0us : « Digne des plus grands thrillers ! »

Imaginez. Vous êtes une jeune femme, un homme dans la force de l’âge. La vie vous a tout pris, le destin vous a brisé ; vous avez peut-être même fait de la prison. Votre femme est partie, votre enfant vous déteste ou a été assassiné parce que vous n’étiez pas là pour veiller sur lui. La faute à pas de chance, une malheureuse erreur de parcours qui vous aura coûté cher… en êtes-vous si sûrs ?

L’agent Grave sonne à votre porte. La cinquantaine, propre sur lui, un sourire carnassier. Il vous tend une mallette dans laquelle se trouve une arme, ainsi que 100 balles – « 100 Bullets » – parfaitement intraçables. Mieux, il vous offre la preuve irréfutable que le mal que l’on vous a fait était volontaire, que le responsable coule une existence heureuse alors que vous avez tout perdu, et que quoi que vous fassiez, vous serez couvert. Entre vos mains, un pouvoir immense : celui de la vengeance ou du pardon… lequel choisirez-vous ?

100 Bullets, c’est donc « une idée de départ étonnante et très prometteuse » comme je le souligne, qui nous a convaincus avant même l’ouverture de l’album car, comme le remarque Zaelle, « le thème permet une infinité de variations ». Cet aspect est particulièrement frappant car je renchéris à mon tour sur les déclinaisons infinies qu’autorise cette fameuse mallette : « [ce premier album] laisse entrevoir l’immense champ de possibilités qui s’ouvre aux auteurs pour développer le concept sans lasser le lecteur. »

Pour Champi, « parcourir les premières pages de 100 Bullets revient à accepter la mallette : c’est mettre les doigts au plus profond d’un engrenage dont on ne sait où il nous mènera […] ». A travers les trois récits de ce premier tome, le lecteur plonge dans un univers violent et cynique, très psychologique, et pressent déjà la complexité de la toile tissée par Brian Azzarello. Yvan, parvenu au bout de la saga, confirme cette impression en qualifiant 100 Bullets de « polar à tiroirs qui multiplie les machinations, magouilles, alliances et trahisons au fil des tomes ». C’est en particulier vers l’agent Graves que se tournent tous les regards : « Ange gardien ? Justicier tapi dans l’ombre ? Manipulateur tramant un grand plan qui échappe à tous pour l’instant ? Sans doute est-il un peu de tout cela » conclut Champi.

Côté dessin, c’est l’illustrateur argentin Eduardo Risso qui pilote et son style particulier fait balancer le cœur de l’équipe. « Moins évident », « déroutant » et « à la limite de l’abstraction » pour Champi  (qui reconnaît néanmoins qu’« Eduardo Risso était sans doute l’auteur rêvé pour mettre en case ce récit troublant et palpitant »), les graphismes m’ont séduite par leur expressivité ; j’ai eu en revanche beaucoup plus de mal avec couleurs ternes très peu nuancées. Zaelle remarque quant à elle que « l’atmosphère des bas-fonds est parfaitement rendue à travers le dessin un peu torturé ». Quoi qu’il en soit, la cohérence est au rendez-vous, et nous nous accordons tous à reconnaître l’excellence du premier album d’une série mythique qui a  définitivement marqué les esprits.

Si les 17 tomes suivants sont d’aussi bonne qualité que ce premier opus, comme le laisse entendre Yvan, très impressionné par « un boulot irréprochable sur plus de 2000 pages », les lecteurs de 100 Bullets doivent s’attendre à quelques heures d’une lecture plus que plaisante !

Livr0ns-n0us

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s