melvile

Quelque part entre l’exploration et l’expérimentation, nous avons voulu placer notre mois d’avril en marge des sentiers battus et reconnus de la bande dessinée. Exit donc le trop classique 46 planches, les supports que nous souhaitons mettre en avant seront innovants, pas forcément dans le fond mais foncièrement dans leur forme.
Notre petit laboratoire d’exploration séquentielle abordera donc des ouvrages hors-norme, qu’ils soient en lien avec les nouvelles technologies, qu’ils réinventent notre mode de lecture en déformant nos perspectives visuelles, qu’ils soient déstructurés dans l’utilisation-même du médium papier ou dans la construction narrative…
Cet ouvroir de la bande dessinée séquentielle n’a pas vocation de se focaliser sur l’OuBaPo – bien qu’il le pourrait – mais vous invite à prendre la mesure de ces initiatives encore isolées.
En route pour un univers exceptionnel, atypique… en un mot : surprenant !

Confort et prolongement

Melvile fait partie de ces projets d’un genre nouveau qui fleurissent actuellement de partout, qui sont dans l’air du temps comme on dit !
Histoire complète sur 128 pages, belle maquette, un graphisme tendre aux couleurs agréables, l’album a tout pour plaire au premier abord. Il nous invite à la lecture. Mais Melvile prend une toute autre envergure pour celui qui possède le matériel adéquat, car une application de réalité augmentée enrichit considérablement le contenu.
C’est ainsi que le détenteur d’une tablette ou d’un « téléphone intelligent » pourra s’enorgueillir d’un confort de lecture supplémentaire (le veinard), appréciant le voyage immersif et charnel au cœur des forêts nord-américaines accompagné d’une ambiance musicale spécialement composée pour l’occasion… par l’auteur himself !
Et ce n’est pas tout car de nombreux bonus viennent compléter l’expérience et surgissent à l’écran : vidéos (les chroniques de Melvile), making-of, interviews, reportages photographiques… la création du livre n’aura bientôt plus aucun secret pour vous !

Et le livre me direz-vous ?

Oui ! Si le contenu additionnel est un bonus appréciable pour qui y a accès, Melvile est aussi (et surtout) un livre… et un bon livre !
Romain Renard (American seasons, Un hiver de glace), auteur aux multiples talents (auteur BD, chanteur, musicien, storyboarder dans le cinéma et la publicité…), nous emmène aux côtés de Samuel Beauclair dans sa maison reculée au milieu des bois. Sam est un écrivain en manque d’inspiration. Le poids de son premier succès est lourd à porter, aussi lourd que l’héritage laissé par son père, romancier de renom. Cette retraite dans la demeure familiale va lui servir de refuge dans sa reconstruction personnelle et sa quête intérieure.
Melvile est une histoire de filiation avec un brin d’onirisme et de légende. Une histoire d’amour aussi, sensuelle et attendrissante… tantôt glaçante, tantôt brûlante.
Il serait difficile de résumer le récit en quelques lignes tant il est complet et mature (je n’ai pas du tout abordé la complexité des relations entre Samuel et sa femme Sarah, enceinte, ni l’ambiguïté amoureuse qu’il entretient avec Rachel). Il est en revanche très facile de décrire l’ambiance que Romain Renard instaure avec justesse : on est bien là, au milieu de ces bois qui sentent bon la fin de l’été et la nature, dans ces travaux de peinture sous un soleil éclatant. On entendrait presque les piaillements des oiseaux, l’écoulement lointain d’une rivière, les battements des cœurs qui s’éveillent… La belle vie, insouciante et sensuelle…

Tout serait si parfait…

… sans l’avis tranché de Champi, qui n’a pas pris la peine d’ouvrir le livre tant il est réfractaire au dessin. Le graphisme n’a pas pris cœur à ses yeux bien qu’il ait séduit les autres lecteurs de l’équipe dans l’ensemble, notamment par ses couleurs chaleureuses aux teintes sépia, par ces expression qui traduisent bien les sentiments, par son sens du cadrage et son jeu de lumières d’une beauté rare. Badelel lui reproche à peine quelques maladresses dans les attitudes des personnages mais le trouve quand même époustouflant.

Bien sûr, on pourrait élargir les griefs à mon regret de n’avoir pas pu profiter de la réalité augmentée et de l’accompagnement sonore, la faute à une application non fonctionnelle sur le système Androïd des modèles Wiko. Ce serait oublier que Melvile est avant tout une très bonne bande dessinée.

Pour prolonger la lecture, nous vous invitons à (re)lire notre expérience immersive à Angoulême avec le concert Melvile auquel nous avons eu la chance d’assister.
Et ceux qui auront apprécié Melvile devraient être heureux d’apprendre que l’auteur travaille actuellement sur un second tome : même lieu, même moment, mêmes événements, mais avec des protagonistes différents… et toujours cette ambiance tendue de calme avant la tempête…
Les terres d’Abraham Tréjean n’en ont pas fini de brûler !

Badelel : « Un malaise s’installe dès les premières planches, un malaise aussi sensible dans la narration que dans l’ambiance graphique. Les couleurs, des teintes sépias rougeoyantes, implantent l’histoire dans un été caniculaire, où le soleil de plomb nous pèse autant que les rapports étranges entre Samuel Beauclair et sa femme enceinte Sarah. »
Lunch : « Quand j’évoque le graphisme, il est un mot qui me revient sans cesse en tête : sensualité. Je trouve que ce mot est celui qui caractérise le mieux cette ambiance où (presque) tout est chaleureux. »
Mo’ : « Chaque élément visuel vient matérialiser l’ambiance à la fois inquiétante et mélancolique, une tension que les non-dits viennent constamment renforcer. Le lecteur est tenu en haleine jusqu’au dénouement de l’intrigue. Un thriller qui prend aux tripes. »
Yvan : « Pour une fois le numérique parvient à apporter une plus-value au neuvième art au lieu de simplement se contenter de transformer nos belles bandes dessinées en un format pdf froid et impersonnel. »

Lunch

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s