ciboiredecriss

J’avoue avoir légèrement insisté auprès de mes camarades k.bédien-ne-s pour que l’on retienne un album de Julie Doucet dans notre sélection québécoise du mois de décembre. Une auteure incontournable, chef de file du DIY (do it yourself) made in Québec. Il faut reconnaître que son univers autobiographique n’est pas facile d’accès. Que ce soit ce qu’elle raconte, ou dans sa manière de le raconter, Julie Doucet ne fait pas dans la dentelle (aucune réflexion sexiste de ma part !) et y va sans retenue. Ce Ciboire de criss ! (que l’on pourrait traduire par « put… de bor… de mer… ») est l’album le plus emblématique de sa production, qui l’a fait connaître au grand public français (à qui veux bien faire l’effort de la découvrir), grâce à l’Association en 1996.

Seule Mo’, chef d’orchestre de cette thématique québécoise, a tenté l’expérience et ne l’a pas regretté, attribuant à cet album un pouce levé. Bien qu’elle reconnaisse avoir dû faire des efforts pour renter dans l’univers plutôt déjanté de la Doucet, elle a apprécié son authenticité. Même s’il est vrai qu’on a du mal à la croire timide et introvertie, tant elle est peu complexée pour parler de ses fantasmes et obsessions.

C’est l’une des grandes qualités de cet album. Sans honte ni tabous, Doucet se met à nu et dévoile des éléments très personnels, ce qui peut parfois nous mettre mal à l’aise (quand par exemple, elle s’imagine en homme au comportement pour le moins déviant). Cette forme d’autobiographie intime, proche de la « confidence psy » est assez rare dans le monde de la BD et n’est pas l’apanage exclusivement masculin des Crumb, Joe Matt ou autres Mattt Konture…

Comme le précise Mo’, le quotidien de Julie Doucet ne lui sert qu’à introduire ses « étranges voyages oniriques ». Raconter un rêve n’est pas un exercice facile. La conscience ne pourra jamais retranscrire avec exactitude le déroulé propre d’un rêve, expression même de l’inconscient. Sans parler de la difficulté pour le mémoriser. Cependant, Doucet s’en sort plutôt bien, rendant parfaitement cette impression diffuse et souvent dérangeante que l’on éprouve au réveil d’une nuit agitée. Ses rêves, aussi débiles et surréalistes soient-ils, font partie intégrante de son quotidien.

Il ne faut pas forcément s’arrêter à la première impression. Les planches sont surchargées d’un dessin un peu cagneux en noir et blanc. Alors forcément, au premier coup d’œil, cela a de quoi rebuter. Chercher un endroit où l’espace est laissé vide est chose quasi impossible ; mêmes l’espace entre les cases peut être noirci… Underground mon amour… Cette esthétique punk « humoristico-expressionniste » relève d’une grande maîtrise (du noir et blanc hachuré en particulier). Des miniatures dans lesquels foisonnent une multitude de détails. Il nous faut scruter chaque case dans les moindres recoins pour en saisir toute la richesse graphique, mais aussi narrative, tant chaque dessin raconte à lui seul beaucoup de choses.

Véritable cour des miracles, Julie Doucet représente comme personne la monstruosité de ses contemporains, dressant des portraits tous plus hideux les uns les autres. Ce qui en dit long sur sa considération envers ses semblables et elle-même. L’air de rien, sous des dehors peu attirants, Doucet chamboule nos habitudes de petits bourgeois, bouscule nos certitudes en matière de bon goût et nous questionne dans nos rapports aux genres (masculin-féminin), à la réalité (rêves, fantasmes, souvenirs…).

Mo’: « L’humour est décapant et il n’est même pas questions d’esthétisme graphique (du moins, ça ne rentre pas dans mes critères habituels d’appréciation). Des chewing-gums qui collent aux cheveux, des doigts dans le nez, de la bave… ça pique un peu les yeux mais Ciboire de criss ! se lit quasiment d’une traite !! »

Mitchul : « Heureusement, même si elle nous raconte crûment des choses vraies, elle y insère une fine couche d’humour noir salutaire, qui nous permet de nous distancier. Ciboire de Criss ! n’est pas qu’une « bonne bédé », c’est une expérience de lecture unique en son genre… »

Mitchul

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s