hommes a la mer

Après A bord de l’étoile Matutine adapté du roman de Pierre Mac Orlan et Le Loup des Mers adapté du roman de Jack London, Riff Reb’s reprend la mer avec Hommes à la mer, un recueil très personnel de nouvelles maritimes piochées chez les plus grands :

  • Joseph Conrad ;
  • William Hope Hodgson ;
  • Pierre Mac Orlan ;
  • Edgar Allan Poe ;
  • Marcel Schwob ;
  • Robert Louis Stevenson.

Mais pas que. Ces nouvelles adaptées en bande dessinée à la manière des deux précédents titres sont également parsemées d’entractes. Pour agrémenter l’ensemble, Riff Reb’s y insère donc des extraits de romans illustrés de grandes planches typées « gravure », et là encore, il y a de quoi éblouir :

  • Homère ;
  • Victor Hugo ;
  • Jules Verne ;
  • Eugène Sue ;
  • Émile Condroyer ;
  • B. Traven ;
  • Jack London.

Mais pourquoi avoir clôturer cette belle trilogie par un recueil vous demandez-vous ? Riff Reb’s répond en personne :

« C’est que tout simplement, je n’ai pas trouvé dans mes lectures sur ce thème un récit complet, adaptable à mes yeux, qui puisse rivaliser avec les deux premiers. »

Bon en bref, il n’avait pas prévu de faire une trilogie, mais finalement l’idée avait du panache, quoique rien ne corresponde aux besoins de l’auteur. Il aurait aussi bien pu s’arrêter là, ou poursuivre avec un truc nul, mais non. Dans la droite lignée des deux premiers, Hommes à la mer est à la hauteur de toutes les espérances, ou presque.

« Des extraits choisis pour leur puissance évocatrice qui sont autant d’hommages à de grands écrivains et autant d’amers pour le lecteur, qui pourra ainsi s’ouvrir au champ des possibles. » (Lunch)
____________________
« Il y a trois sortes d’hommes : les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer. »

Cette citation de Platon ou d’Aristote (on ne sait pas bien) inaugure ce recueil avec tellement de justesse qu’elle nous a tous marqués. Il est vrai que les histoires retranscrites ici rappellent combien la mort n’est jamais bien loin lorsqu’on côtoie les étendues maritimes !

« Quelles échappatoires pour ces marins condamnés à la mer par faute ou par choix ? La folie, la mort, la fuite ou, plus rarement, un étrange flegme philosophique. » (Champi)

Car si toutes ces histoires traitent du rapport entre l’homme et l’océan, elles le font différemment. Le tragique, le désespoir, la combativité, la faiblesse, le flegme, la poésie sont autant de façons de l’aborder. Un point commun à beaucoup de ces récits néanmoins : le fantastique. Pourtant, Yvan regrette.

« Le fait de s’attaquer à des histoires plus courtes ne permet pas à l’auteur de donner autant d’épaisseur à ses personnages et certaines histoires sont inévitablement moins intéressantes que les autres. »

Comme Yvan, chacun va y aller de son histoire favorite, mais dans l’ensemble nous sommes très satisfaits du travail de Riff Reb’s, même si je suis moi-même assez modérée par le format de recueil de nouvelles.

Pour autant, la façon d’enchainer ces histoires ne laisse personne indifférent. Chaque nouvelle est suivie d’une double page dédiée à un extrait de roman soutenu d’un dessin en noir et blanc. Cette alternance apporte un rythme, une transition toute en douceur qui accompagne les changements d’atmosphères d’une histoire à l’autre.

Des ambiances soulignées par des variations de teinte. A l’instar des précédents opus, Riff Reb’s applique ici sa célèbre technique monochromatique qui distille un climat tantôt maladif, tantôt passionné, tantôt dément… et qui change, non plus au gré des chapitres, mais cette fois au gré des histoires.

« Le choix de la bichromie (…) impose une atmosphère crépusculaire et menaçante. » (Choco)

Cette méthode prend ici tout son sens aux yeux de Lunch, car elle donne ainsi à chaque récit une identité propre.

Une fois encore, Riff Reb’s apporte tout le soin que l’on peut espérer pour rendre son adaptation lisible, fluide et respectueuse de l’œuvre originale. Le texte n’envahit pas les cartouches et l’image prend tout son sens en participant pleinement au récit, tandis qu’aucune ellipse ne lénifie le rendu.
Yvan y regrette bien la fadeur des personnages, tandis que Champi s’est laissé séduire par des héros fragilisés par la vie maritime aux visages marqués par les vents, les flots, la rudesse de cette vie instable et les sentiments les plus extrêmes. Car là encore, l’auteur a fait preuve d’une grande virtuosité graphique, ne négligeant ni les décors, ni ceux qui les habitent. A mon grand regret, on ne retrouve pas des doubles pages d’immensités océanes auxquelles il nous avait habitué, mais Riff Reb’s continue de nous gâter, notamment avec ces grandes illustrations de romans en noir et blanc.

Je conclurai par le mot de la fin :

« Hommes à la mer porte en tous cas bien son titre, La Chiourme nous montre à quel point les femmes n’ont pas leur place dans ce monde-là ! » (moi)

On l’a dit :
Champi : « En rappelant combien l’homme n’est rien face à la grandeur majestueuse et la puissance infinie des flots, il nous invite autant à l’aventure qu’à la peur, l’admiration et l’humilité. »
Choco : « Il met en scène encore une fois avec succès l’emprise, la fascination de l’élément marin en magnifiant la force de ces récits pourtant très courts et insuffle une énergie supplémentaire par son approche graphique remarquable. »
Lunch : « On a la sensation que Riff Reb’s a traité tous les récits sur le même pied d’égalité, avec le même soin. »
Yvan : « Si au niveau du scénario, ce troisième volet est légèrement moins bon, au niveau de l’ambiance, ces récits qui mêlent noirceur et poésie sont par contre à nouveau une très belle réussite. »
Moi : « Riff Reb’s continue d’exceller dans l’adaptation, ce qui reste un point important pour moi. »

Badelel

Publicités

Une réponse "

  1. […] & Lucas Varela), Tanibis, 2013 – Fables amères (Chabouté), Vents d’Ouest, 2010 – Hommes à la mer (Riff Reb’s), Soleil, 2014 – Kroc le Bô (Bruno CHEVALIER et Thierry SEGUR), Delcourt, […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s