ibicus

Dans le cadre de notre sélection autour de cette case rouge en BD nous poursuivons notre voyage extrême aux confins de la mer Baltique. Je vous propose pour cela de partir à la découverte de la capitale de l’Empire russe de l’époque, Saint-Petersbourg. Un itinéraire original hors des sentiers battus qui retrace le destin du personnage principal du roman éponyme d’Alexis Tolstoï (1883-1945), au début de la révolution russe en 1917.

Nous sommes en présence d’une adaptation graphique libre par Pascal Rabaté. Le Tourangeau, connu pour ses titres Un ver dans le fruit, Bienvenue à Joburg, Le petit rien tout neuf avec un ventre jaune ou encore Les petits ruisseaux (adapté au cinéma en 2010), s’est consacré à une interprétation heureuse d’une de ses lectures hasardeuses. En effet, c’est en achetant un bouquin lors d’un vide-grenier angevin sans doute que Pascal Rabaté est tombé amoureux de cette édition de 1926, une histoire écrite par un homonyme de Tolstoï. S’en sont suivi quatre tomes écrits et dessinés entre 1998 et 2001, publiés aux éditions Vents d’Ouest. Une intégrale regroupant les 4 livres (un joli pavé en soit) a été éditée en 2006. Ibicus c’est son nom ! Et pour l’occasion Pascal Rabaté s’est donc essayé à respecter l’esprit stalinien de l’auteur (Alexis Tolstoï). Résultat, Ibicus est une consécration, un aboutissement, un chef-d’œuvre de Pascal Rabaté qui lui vaut un succès critique et public notable.

• Prix des libraires spécialisés Bandes Dessinées pour le Tome 1 d’Ibicus, Festival d’Angoulême 1999,
• Prix Yves Chaland 1999 tome 1 d’Ibicus,
• Prix de la ville de Genève pour la bande dessinée, catégorie « International », 1999, pour le Tome 2 d’Ibicus,
• Alph’Art du meilleur album pour le Tome 2 d’Ibicus, Festival d’Angoulême 2000.

Le roman graphique historique Ibicus raconte la fuite en avant d’un petit fonctionnaire comptable devenu fripon. Son nom : Siméon Nevzorov. Ce personnage exubérant, un homme à femme, petit cloporte sans envergure, ce dandy profiteur va se voir passer entre les mailles du filet lors du soulèvement russe du début du siècle dernier. Mieux, il va réussir à profiter du trouble semé par cette « révolution d’octobre » pour améliorer son quotidien et atteindre son objectif : devenir riche. En fait, il va tout simplement suivre sa destinée, celle qu’une vieille tzigane lui a révélée un jour d’hiver : « Quand le monde s’écroulera dans le feu et le sang (…), tu vivras des aventures extraordinaires, mais tu seras riche ! ».
Mais on ne devient pas fortuné du jour au lendemain. Nous sommes en temps de guerre, le chemin est semé d’embûches, entre excès et dérives, Siméon Nevzorov va surmonter ses peurs. En d’autres termes, Siméon Nevzorov plie le monde à sa guise et ambitionne l’opulence. Une lutte s’engage pour ne pas retomber dans ses idées noires et rester vivant, devenir gagnant !

« Siméon est l’anti-héros type, ambitieux, peureux mais peu scrupuleux, bref un être relativement détestable auquel l’on s’attache un petit peu quand même, car Pascal Rabaté n’a pas été tendre avec ce personnage tout droit sorti de l’imagination d’Alexis Tolstoï, un écrivain Russe né au 19ème siècle et donc sans aucun lien avec le célèbre Léon Tolstoï. » (Nico)
« C’est stimulé (voir incité) par cette prédiction qu’il va scruter la misère qui commence à l’entourer, à l’affût de la moindre opportunité pour s’enrichir et tirer profit du malheur des autres. On va suivre les aventures et les rencontres de ce anti-héros, qui tel un charognard va lâchement profiter de la guerre qui l’entoure. » (Yvan)

Dans son Ibicus, Pascal Rabaté nous représente le portrait d’un brave, un personnage qu’il aime tant mettre en avant dans ces albums. Et si l’adaptation semble nous avoir séduit c’est le dessin en Noir & Blanc qui nous as conquis ! Tout bonnement somptueux et envoutant, l’auteur joue sur les nuances et sur les intensités. Le dessin est élégant et nous transporte dans un univers de toute beauté. Sa palette graphique est sensuelle à souhait, crispante au besoin. Il utilise et nous contamine d’une technique d’aquarelle parfaitement parfaite. Bref, Ibicus est une histoire captivante, improbable, dessiné de main de maître par Pascal Rabaté.

« Un noir et gris et blanc impeccable de froid et de cendres et des lignes tourmentées à l’extrême. (…) L’élégance et la souplesse du trait, la disproportion de certaines perspectives nous plongent dans un Expressionnisme dont l’auteur se dit l’héritier. » (Champi)
« Réalisé au lavis sans le moindre trait, tout ou presque dans la déformation, le noir et blanc de Pascal Rabaté est dilué magnifiquement. (…) D’une beauté particulière, le graphisme très libre de l’auteur envoûte, transporte et caricature les personnages. » (OliV)

Dans un récit nerveux et sans temps mort, Pascal Rabaté squelettise sans folklore son personnage comme une œuvre de circonstance en pleine révolution bolchévique. Il le peint, le dépeint, lui donne du fil à retordre. C’est un combat pour la survie, perpétuel. Le renversement du régime tsariste est proche mais peu importe, celui qui n’est autre qu’un Ibicus, ou autrement dit,  » Le crâne qui parle…  » est de bonne parole, lui le Roi de la vie !

Je laisse le mot de la fin pour notre web designer qui nous incite à nous offrir l’intégrale : « Je vous conseille vivement de vous plonger dans Ibicus, c’est une réussite, d’autant plus que l’intégrale de chez Vent d’Ouest est à prix abordable. » (Nico)

OliV'

Publicités

Une réponse "

  1. […] & MANGIN), Glénat, 2013 – Histoire de la Sainte Russie, (DORÉ), Edition 2024, 2014 – Ibicus, (RABATÉ), Vents d’Ouest, 1999 – Il était une fois la Sibérie, (MASLOV), Actes Sud, 2010 […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s