igwt

Rien ne va plus ! Notre société dépravée accumule meurtres, corruption et pornographie. Et pourquoi ? Parce qu’elle s’éloigne des Saintes Écritures, voilà pourquoi ! C’est en tous cas l’analyse très fine que nous en fait Saint Franky, protecteur des amateurs de houblon et de bande dessinée, moinillon à la tête transpercée par une flèche (un reste de sa mort héroïque qui le mena à la canonisation).

Mais ne nous y trompons pas, si St Franky compte bien rassembler les brebis égarées à coups de Bible, cela ne l’empêche pas d’avoir un sens de l’humour… décoiffant ! D’ailleurs, la Bible, il l’a un peu dépoussiérée et ce qu’il nous propose de découvrir, ce sont les dessous, la petite histoire derrière la grande, les anecdotes croustillantes bref, la version non-officielle et pourtant la plus intéressante des deux, n’en déplaise aux plus croyants de nos lecteurs.

Le sujet en a déjà inspiré plus d’un : de Robert Crumb à Gotlib, de Franquin à Philippe Geluck, tous les grands noms de l’humour s’y sont essayés, alors pourquoi lire celui-ci ? Hé bien parce qu’aux commandes de cette version, nous trouvons M. Winshluss, Vincent Paronnaud de son vrai nom. Celui-là même qui écrivit l’invraisemblable Pinocchio. Si si : lui. Vous êtes inquiet ? Vous avez raison. Si vous vous souvenez de lui comme le grand maître de l’humour macabre et de la désacralisation, vous avez rapidement un aperçu de ce qu’on va pouvoir trouver dans ce In God We Trust.

Notre Bon Dieu aux allures de Biker, « God » inscrit sur le t-shirt, n’a rien d’un ange. Et je témoigne : « Fêtard, lubrique, je-m’en-foutiste, fainéant, inconséquent et boute-en-train, il est loin de l’image véhiculée par l’Église mais nettement moins détestable que celle communément admise ». J’ajouterais : irresponsable ; et Yvan : alcoolique.
Sa représentation n’en est pas moins intelligemment travaillée. En reprenant les éléments graphiques traditionnels de la représentation divine (l’Œil de la Providence pour le côté mystique et la barbe pour le côté Bon Dieu sympa, il faut bien retomber sur le thème du moment),  Winshluss arrive à donner un visuel très reconnaissable et néanmoins original.
Son fils ne vaut guère mieux : loser en pleine crise d’adolescence, il ne sait plus quoi inventer pour convaincre les humains de sa nature divine, ni pour attirer l’attention d’un père qui s’en tamponne le coquillard.

L’humour est au rendez-vous à chaque case : running-gags, absurde, humour noir, irrévérence et parodie sont savamment dosés avec une goutte de vulgaire, de scato, de porno… Bref, ce n’est pas tout propre ça (pas mieux que la société dénoncée par St Franky en tous cas).

Évidemment, il est difficile d’échapper à la comparaison avec Pinocchio et son Fauve d’Or et là dessus nous sommes unanimes : In God We Trust n’est pas aussi bon. Pourtant, là où certains d’entre nous préférons en souligner les qualités, d’autres sont déçus par ses défauts.

Le format du récit n’a ainsi pas séduit tout le monde. Assortiment de morceaux choisis (de la Création au Jugement Dernier en passant par l’Immaculée – ou pas – Conception), le récit est morcelé de sketchs de quelques pages. Ce modèle « n’aide pas à l’immersion de lecture » estime Lunch.

Mais des qualités, il en a tout de même !

« L’auteur multiplie à nouveau les styles graphiques », admet Yvan tandis que David est plus enthousiaste : « Winshluss fait encore l’étalage de tous ses talents d’illustrateur. (…) Il varie les formes, les approches, joue avec les styles graphiques, parodiant les œuvres religieuses classiques ou les comics (il y intégre Zombie, Super-héros et même un barbare bien connu en guest star) et montre encore une fois son érudition en matière de 9e art ». Pour tout dire, les références sont ici nombreuses et ne se limitent pas au monde de la bande dessinée : si Dieu s’invite en biker digne d’un Litteul Kevin, vaudevilles et publicités d’un autre temps sont aussi au rendez-vous.

Pour ces publicités justement, l’auteur a fait appel à Cizo, son vieux camarade de beuveries graphiques (Wizz et Buzz, le magazine Ferraille illustré, Monsieur Ferraille…) et audiovisuelles (Raging Blues, O’ boy, What nice legs !, Hollywood superstars avec Mr Ferraille.

Quant à l’ouvrage, on trouvera une édition très soignée : « couverture cartonnée avec marbrures dans le style des missels (on parle de religion après tout) avec des intégrations d’un vernis sélectif doré sur fond bleu du plus bel effet ; pages de fort grammage ; bande de tissu marque page » , apprécie Lunch. Ce qui n’est pourtant pas au goût de tout le monde, car pour ma part, rabat-joie, j’ai trouvé cette couverture fort rébarbative.

On l’a dit :

David : « C’est méchant, drôle, irrévérencieux, souvent cruel mais tellement, tellement jouissif. »

Lunch : « Quelques scènes ou répliques font sourire, certaines idées sont excellentes, mais dans l’ensemble je me suis plutôt ennuyé… raté ! »

Yvan : « L’absence de fil rouge contribue à rendre l’ensemble moins structuré et moins abouti que l’inégalable Pinocchio. »

Badelel : « Miraculeux, In God We Trust ne l’est sans doute pas (…), ce n’est pas un Pinocchio, c’est certain. Mais il reste, dans sa catégorie (humour, grotesque et irrévérence) bien supérieur à bien d’autres lectures ! »

Badelel

Publicités

"

  1. Winshluss est terriblement drôle, c’est foutraque certes, mais c’est ce qui lui donne tout son charme, en bref son côté punk.

    • Badelel dit :

      En même temps, on n’en attend pas moins de Winschluss. Il faut reconnaitre que Pinocchio est de meilleure qualité, mais ça ne m’a pas empêchée de m’éclater sur cette lecture qui secoue la Bible et le Vatican dans tous les sens !!!

  2. […] Olivier) , ed. Acte Sud, 2010 – Houppeland (TRONCHET Didier), ed. Dupuis, 1997 – In God we trust (WINSCHLUSS), ed. Les requins marteaux, 2013 – Léonard est un génie (TURK & DE GROOT […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s