goggles

Me voici de retour sur les pages de k.bd pour vous parler… d’un manga ! Et oui, on ne change pas les bonnes habitudes. Mais attention, le manga dont je vais vous parler aujourd’hui est une petite perle qui a fait l’unanimité au sein de l’équipe : Goggles de Tetsuya Toyada.

Comme dirait Champi : rien à voir avec le géant d’internet (en même temps ça ne s’écrit pas pareil !). Non, les goggles ce sont ces lunettes de protection que l’on porte pour faire de la moto. Lunettes que la petite Hinoko ne quitte pas un instant dans la nouvelle qui donne son nom au recueil. Ce sont 6 histoires, 6 tranches de vies qui nous sont racontées par le talentueux Tetsuya Toyada.

Avant d’aller plus loin, je dois vous faire un aveu : j’étais à la bourre ! Et oui, encore une fois. J’ai donc lu et chroniqué Goggles à toute vitesse. Ce n’est qu’en lisant les longues et élogieuses chroniques de mes camarades que je me suis rendue compte à quel point j’avais moi-même aimé ce manga. Leurs chroniques m’ont donné envie de le relire (alors que je viens tout juste de le finir) et de le regarder avec un œil nouveau, moins pressé. Avant de me lancer dans la rédaction de cette synthèse, je souhaitais prendre mon temps dans une relecture qui rende hommage au rythme qui est celui du livre : posé, calme, tranquille.

Cette lenteur n’aura d’ailleurs pas échappé aux yeux de mes collègues. “Le quotidien se déroule avec lenteur, comme si la vie semblait au ralenti” nous dit Choco. Malgré cette lenteur “on se prend rapidement au jeu de chaque histoire” nous précise Mo’. L’espace de quelques pages, ce manga nous invite à “voir [le monde] à travers les yeux lucides mais délicats de Tetsuya Toyada” (Champi).

goggles-02

Goggles – Tetsuya Toyoda © Ki-oon 2013

6 tranches de vie :

Les 6 nouvelles proposées par ce recueil ont été pré-publiées dans le magazine Afternoon (à l’exception de Nouvelle acquisition à la bouquinerie Tsukinoya qui a été publiée dans Hôsho Gekkan) entre 2003 et 2012, leur présentation dans le recueil ne suit pas l’ordre chronologique.

Slider (2008) :
Cette première histoire dénote par sa touche fantastique. Trois amis jouent au baseball dans un parc. En allant chercher une balle perdue Kôhei, un chômeur désabusé, rencontre un petit vieux qui dit être le dieu de la misère, responsable de la récession ayant touché le pays. Une histoire drôle et incongrue.

Mr. Bojangles (2011) :
Une jeune femme sur le point de se marier demande à un détective privé de retrouver un voisin dont elle était très proche étant enfant. Dans son enquête le détective découvre les différentes facettes de M. Bo.

Goggles (2003) :
La plus ancienne des nouvelles du recueil, Goggles a permis à Tetsuya Toyoda de lancer sa carrière de mangaka professionnel en remportant le prix 4 saison d’Afternoon en 2003.
Une fillette en deuil, le père est introuvable, la mère hospitalisée… un ami des parents la prend chez lui et la confie à la garde de son colocataire au chômage. Celui-ci tente de sortir la fillette de son mutisme, mais il se sent bien démuni face au drame qui touche la petite Hiroko.

Nouvelle acquisition à la bouquinerie Tsukinoya (2007) :
La plus courte des nouvelles, cette histoire ne fait que 2 pages et reprend les personnages du manga Undercurrent pour les imaginer en bouquiniste et disquaire. En très peu de cases on y retrouve tout l’esprit de l’auteur : sensible et drôle.

Aller voir la mer (2012) :
Préquelle de Goggles, on retrouve dans cette histoire la petite Hiroko et son grand-père, le temps d’une balade à la mer.

Tonkatsu (2012) :
Une jeune femme travaillant au service d’enquêtes d’une banque se voit confier une drôle de mission, afin de recueillir le témoignage d’un ancien employé : elle doit aider ce dernier à retrouver un restaurant de tonkatsu (escalope de porc pané) dont il n’arrive pas à oublier le goût.

Ce volume se termine par une postface écrite par l’auteur lui-même qui revient sur le contexte de chaque histoire. C’est intéressant de la lire (chose que je n’avais pas faite à ma première lecture).

Goggles

Goggles – Tetsuya Toyoda © Ki-oon 2013

Ce qui nous a touché c’est la sensibilité de Tetsuya Toyoda et sa capacité à nous parler de problèmes familiaux et sociétaux tout en subtilité, nous faisant même parfois sourire. “Profondement humain” nous dit Choco. Oliv de préciser “Tetsuya Toyoda excelle dans l’art du non-dit, du sous-jacent”. Les récits de ce recueil sont “touchants et poétiques mais jamais larmoyants” (Champi), “c’est dans la simplicité que ces histoires sont touchantes » (Bidib). Dans “une atmosphère mélancolique voire spirituelle, les différents personnages sont présentés tout en retenue” (Oliv), des personnages qui sont “d’une grande sensibilité et d’un altruisme certain” (Mo’).

Vous l’aurais compris, cet ouvrage nous a touchés et conquis par la simplicité avec laquelle l’auteur dépeint ses personnages et leur situation. Le dessin, aussi délicat que les scénarios, accompagne parfaitement les nouvelles de son “trait simple et léger” (Choco).

Le mot de la fin, je le laisse à Champi : Goggles est “une belle porte d’entrée pour tous les lecteurs qui voudraient s’initier au genre”.

avatar-bidib

Publicités

Une réponse "

  1. […] : – Goggles (Tetsuya Toyoda), Ki-oon, 2013 – Histoires courtes (Naoki Urasawa), Kana, 2011 – L’homme de […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s